Rallye de la Vienne 2012 - Taffonneau en patron
Dimanche, 11 Mars 2012 22:57

Venu pour apprendre la Mini JCW WRC, le couple Taffonneau repart de Chatellerault avec une victoire logique mais loin d'être imméritée.


Fort de 81 engagés, le rallye de la Vienne 2012 sonne l'heure de la reprise pour bon nombre d'équipages. Les retours de Philippe Taffonneau, de Samuel Bézinaud, les "nouveautés" d'Anthony Cosson, de Simon Pagenaud, de Stéphane Jamot, de JC Beaubelique ou encore de Christophe Charloton plaçaient le weekend sous de bons hospices. Mais c'est une hécatombe qui allait venir frapper les pilotes de pointes dès la première boucle. André (mécanique, pont), Pagenaud (alternateur), Jamot (mécanique), Hernandez (courroie d'alternateur), Regnault (soucis électriques) quittent prématurément la partie. Touché par des soucis de direction assistée, Beaubelique n'est pas plus verni et ne peut exploiter le potentiel de sa resplendissante Ford Focus WRC 08. Au milieu de cet enchevêtrement, le revenant Philippe Taffonneau frappe un grand coup en reléguant coup sur coup Samuel Bézinaud à 14 secondes et Philippe Rageau à 6 secondes. Pour une première dans une épreuve de Coupe de France, le bijou de Banbury (Ndlr : ateliers Prodrive, GB) trouvait là un client tant l'ancien pilote de la Celica ébloui par sa facilité d'adaptation en ce début d'épreuve. C'est aussi ces deux derniers mots qui qualifient la performance de Samuel Bézinaud puisque le "lieutenant" de Stéphane Jamot clôture la matinée à la troisième place, bien entouré par les Méganes Boys (Rageau 2è et Boisdron 4è). Le peloton de tête distance un second groupe emmené par un très bon Mathias De Sousa et Pierre Lerosier. Mais ces derniers allongent la liste des abandons suite à des soucis mécaniques dans le troisième chrono pour le premier et après après le quatrième pour le second.

Taffonneau et Rageau viennent asseoir leur position dans la deuxième boucle, alors que Boisdron subtilise la troisième place provisoire à Bézinaud. Provisoire, la dernière marche du podium sera finalement futile pour le poitevin, la course de la Mégane F2000 s'arrête en effet dans l'ES5 sur casse moteur. La deuxième partie de l'épreuve est de la même cuvée, sans réels bouleversements mais riche en enseignements. Le couple Taffonneau remporte très logiquement la victoire et renoue avec le succès en groupe A, un an et demi après les derniers lauriers avec la Celica. Après une délicate séance d'essais, Raphaël Sebire découvrait à Chatellerault une C2 S1600 toujours aussi vrombissante. Sa quatrième place finale vient chapeauter une montée en régime constante, le jeune normand possède assurément toutes les qualités pour aller chercher de beaux résultats avec ce nouveau jouet. Morilleau détache Bertot dans la dernière boucle pour aller empocher les points de la A6. La A5 s'en va à Ricou et la A5K à Brunerie.

Régulier et présentant une feuille de route sans erreur, Jean-Pierre Landron déclenche son compteur. Deuxième, Olivier Ortholan ne pouvait espérer briguer la victoire avec ses erreurs. L'apprentissage de la Mitsubishi Lancer Evo 8 ex-Bocquet se poursuit cependant sans grosses embuches. Vainqueur en N3, Alexis Bariteau à vu fondre sur lui un étonnant Ludovic Touvron. Malgré un cinquième temps scratch dans l'ES5, ce dernier manque la victoire pour une seconde neuf. Après l'abandon de Geoffrey Labrousse, alors en tête, Aymeric Ticot cueille les lauriers en N2 devant la Polo de Henkens. Plus petit écart pour la plus petite des classes, en N1, avec le dixième qui vient anéantir les espoirs de Jérôme Ricou. Auteur d'un finish incroyable, le pilote de la 106 seconde la 205 de Jimmy Cornueau qui profite de son départ canon et enchaîne un second succès après celui décroché à la Rochelle.

Larges vainqueurs en GT, auteurs d'un quatrième temps scratch (ES5) suivi d'un cinquième (ES8), les deux Sebastien (Berjot-Paillé) ont parfaitement maîtrisé leur histoire de compresseur et leurs (désormais) 280 chevaux pour clôturer le weekend à une inespérée sixième place. Jacques Forces ne pouvait rien faire face au cocasse équipage de la Lotus, et ses quelques déboires mécaniques (pénalité) puis un tête-à-queue dans l'avant dernière spéciale ne lui ont pas facilité la tâche. François-Xavier Boissou a assuré le show avec la Nissan 350Z.
Grippé depuis le début de la semaine, Philippe Rageau n'as pourtant pas pris de coup de froid en tête du F2000. La Mégane sort gagnante de son duel avec la BMW 318 Compact pilotée par le toujours aussi talentueux Samuel Bézinaud. A l'instar d'une bande annonce de blockbuster, les quelques mots inscrits sur le casque de Samuel Bézinaud, "Pépère is back", en disaient long sur la détermination de l'équipe. Les frères Faucher n'ont pas été aidés par des problèmes de potentiomètre dans la poursuite de leur apprentissage avec la Compact, même si la septième place finale ainsi que la troisième place de groupe font preuves d'un meilleur feeling. Les larmes à l'arrivée exprimaient toute la satisfaction de Pascal Lecamus, impressionnant avec sa C2 VTS F2-13. La persévérance a fini par payer et il pouvait très fièrement dédier cette victoire à son père, disparu récemment.

 

 

 

Espace RM

.... . ...

Vidéo

Best of 2012


Publicité

Suivez RallyeMax.fr sur Facebook

En ligne

Nous avons 69 invités en ligne