Mode Rambault ON : « Ca va péter mon colonel ! »
Jeudi, 15 Mars 2012 18:59

Après l'échec du projet en 2011, faute de budget, la petite équipe Pictocharentaise ne s'était pas pour autant résignée et a réussi à force d'abnégation à concrétiser son dessein, pour venir prendre part à l'opus 2012 du championnat de France junior.

 

 

Championnat de France junior


Pas besoin de s'éterniser pour cerner les vecteurs incitatifs de la JRC (Ndlr : Julien Rambault Compétition) à s'orienter vers ce championnat encore au tout début de son développement. L'opportunité de se battre à armes égales sur des terrains reconnus et variés, avec une auto jugée fiable, fait recette chez des jeunes prêts à tout pour démontrer leur capacité à accéder à l'échelon supérieur. Mais l'élément prépondérant du succès réside dans les entrailles pécuniaires de la Formule. Les 50.000€ de la Twingo R1 et le rapport prix/manche (chiffres JRC) font en effet pâle figure face au coût d'une saison en Citroën DS3, en Renault Clio R3 ou en Peugeot 207 RC, et c'est tant mieux pour des jeunes confrontés à l'avarice justifiée (justifiable..) des entreprises en dépenses de sponsoring. Attention, le trophée ne s'avère pas non plus être un épisode de "Rallye aux pays des Bisounours", où équité et égalité des chances seraient religion commune dans le temple des Services Parks français. Julien Rambault en est peut-être l'exemple le plus significatif du championnat. « C'est clair que nous n'avons vraiment pas les mêmes moyens que nos camarades. Pas de préparateur, de prestataire pour l'assistance, de séances d'essais, nous sommes une pure équipe amateur entre copains. Mais je suis très bien entouré par des garçons comme Laurent Favreau, Denis Martin, etc » (Julien Rambault). La Twingo R1 de la JRC fera donc partie des autos du championnat de France junior, roulant pour un prix au kilomètre parmi les plus réduits, avec une estimation à 5.000€ la manche. Et malgré ce budget réduit, Julien et son fidèle coéquipier Adrien Merceron ne sont "qu"'assurés  de prendre les départs du Touquet et du Limousin, et à condition qu'aucun souci mécanique majeur ne vienne lester les comptes de l'association. Pour la suite tout adviendra en fonction des primes d'arrivées et des apports des sponsors.

 

 

Rallye du Touquet


« Je m'attendais à voir du plat pays avec un tracé style La Rochelle, mais la réalité est tout autre » (JR). Le parcours vallonné type Pays-Basque sur certains passages, dixit Julien, agrémenté de 5 à 10% de portions terres a en effet fait rapidement déchanter les préjugés du jeune deux-sèvrien. Et après le Julien qui déchante, les reconnaissances du Touquet auront vu un Julien qui s'enchante de découvertes. Les reconnaissances intenses, y compris en nocturne, avec un parcours déjà mis à rude épreuve de facto « des cordes de folie » (JR), adjoint d'une odeur nouvelle, celle de la prospérité du microcosme du championnat de France, ont conforté le sentiment de Julien d'être « un petit ». Après tout, seule la course détient les clés de la compétition, fini les petits sur le papier c'est le chrono qui va désormais parler. Julien Rambault et Adrien Merceron ne sont pas cotés en haut de l'"Index des favoris" à l'instar de garçons comme Florian Bernardi, les frères Coste ou encore Charles Martin, mais la détermination de l'équipage n'a pas besoin d'un voile spéculatif pour être démontrée. « Les notes sont bonnes, le feeling aussi, nous sommes en forme et on n'est pas venus pour nous amuser dans les spéciales. De toute façon on n'a jamais roulé en retenu, on va tout donner dans la mesure de nos moyens » (JR). Même s'il va falloir se jauger, les deux compères ne cachent pas leur volonté d'approcher, voire intégrer, le top dix au soir de la première étape.

 

 

Twingo R1, ennuyante ou amusante ?


Fin février, Julien Rambault, associé à Jérémy Audebaud, a profité du rallye régional de la Fougère pour découvrir l'auto sur une séance d'essai grandeur nature. Bien évidemment la Twingo est à quelques lieux des performances de la Clio Groupe A, mais cette auto d'origine a révélé un comportement joueur du train arrière et un freinage d'une efficacité prééminente à celui de la Clio. Le châssis reste convenable même si l'absence d'auto-bloquant se fait sentir. « En théorie il va falloir rouler le plus propre possible avec des freinages tardifs et surtout éviter de lâcher dans le rapide pour conserver la vitesse » (JR). Vivement la pratique pour juger du potentiel de l'équipage à l'échelon national.. Pour les amoureux de la Clio Groupe A, "la foudre bleue" est partie le weekend dernier en Haute-Savoie chez un pilote pour qui l'heure de la reprise a sonné, après 25 ans d'arrêt. Avis aux fans de la JRC, Julien Rambault ne s'interdit pas la possibilité de faire quelques piges dans la région si l'occasion se présente, « mais pas avec la Twingo, on ne pourrait pas se permettre de remettre en question notre championnat de France pour des épreuves "accessoires" à notre projet initial » (JR). [...] Comme le proférait si gracieusement le personnage homophonique à Julien Rambault, John Rambo, « Ca va péter mon colonel »... dans une certaine Twingo R1 blanche et bleu !

« Un grand merci à Adrien, mon assistance, Courilleau Pneus à Bressuire, Garage Vergnaud de Cerizay, Société MDS de Denis Martin, Garage Maillochon, Société Pasquier et tous les autres sans qui l'aventure serait impossible. » Julien Rambault

 

Remerciements à Nikorochelais

 

 

 

Espace RM

.... . ...

Vidéo

Best of 2012


Publicité

Suivez RallyeMax.fr sur Facebook

En ligne

Nous avons 91 invités en ligne