Steven Longépé - Passion quand tu nous tiens
Lundi, 07 Mai 2012 00:00

Ils sont nombreux à pratiquer une confession encore inexpliquée, arrimant folie et délaissant raison, afin d'assouvir la passion de la compétition. Steven Longépé est de ces aficionados depuis sa rencontre avec la famille Descamps. Gravement infecté par le virus, le nantais est ressorti encore plus déterminé d'une année en quarantaine forcée après une lugubre sortie au rallye de Lohéac 2011. La patte brisée, sa lionne de cœur s'est vu suppléer par une non moins attachante Peugeot 106.

 

 

Passion quand tu nous tiens.

 

Vous êtes sur le circuit depuis quelques années, mais le microcosme du rallye a généralement tendance à acoller le prénom de Bruno au nom de Longépé. Pouvez-vous nous présenter le Steven de la confrérie Longépé..

J'ai découvert cette passion pour le rallye au travers de Christian Descamps qui m'a rapidement emmené sur les rallyes lorsque j'ai rencontré Jill, sa fille, qui est aujourd hui ma femme. Cela remonte à une dizaine d'années maintenant, ça ne me rajeunit pas, et le rallye est très rapidement devenu une passion dévorante. Ensuite j'ai été patient en apprennant beaucoup de lui sur le pilotage, puis je suis monté à sa droite pendant une saison jusqu'a ce que j'achète ma première auto il y a 3 ans, la 205. Depuis que je suis dans le baquet de gauche de l'auto, je ne pense qu'à une chose, m'amuser et ma fois c'est ce qu'on fait depuis le début et ce n'est que du bonheur.


Après la sortie avec la 205 à Lohéac, la volonté de monter un nouveau projet a semblé être instinctive pour la petite équipe, comment analysez-vous ce rebond après une si grande déception ?

La caisse étant HS suite à cette sortie, nous avons rapidement posé les pours et les contres pour remonter une 205, notamment au niveau de l'homologation qui prenait fin en 2019. N'ayant pas les finances pour racheter une auto dans l'immédiat, monter une nouvelle auto nous a paru une bonne solution afin de ne pas mettre le rallye de coté pour toute une année. En plus de cet aspect, ça m'a permis d'apprendre beaucoup et surtout de conserver l'envie de "rerouler".


Peugeot dans la peau

 

Fidèle à la marque Peugeot depuis vos débuts au rallye du Mans 2009, vous décidez de vous lancer donc dans le montage maison d'une 106 F2000-12 mi 2011, est-ce le fruit du hasard ou la concrétisation d'un projet qui existait déjà au préalable ?

Nous sommes en effet partis sur une 106 car c'est une auto que nous trouvions très belle à la base, de plus c'est la petite soeur de la 205. Nous avions déjà pensé à changer de châssis au préalable, mais je pense que je n'étais pas aux limites de la 205, j'avais encore beaucoup à apprendre et comme elle était très fiable, nous pensions rouler encore 2 ou 3 ans avec. Mais le destin en a décidé autrement..



Le règlement du groupe F2000 offrant un large panel de possibilités, dans quelles voies se sont orientés vos choix afin d'allier efficacité et fiabilité ? Au-delà de l'objectif apprentissage, comment envisagez-vous le déroulement de cette saison ?


Nous avons donc un moteur 1400 16s de 145CV contrôlé par un boîtier E-Race, une boite BE proche de la challenge, les triangles sont d'origines avec des brembos 4 pistons de 406 et des amortisseurs de challenge. Le train arrière est également d'origine. La caisse est entièrement soudée avec un arceau Sparco multipoint soudé. Pour le poids, seules les vitres sont en makrolon, on nous a annoncé environ 930kg avec 18 litres d'essence a Loheac. C'est une auto qui n'a rien d'exceptionnel en matériel. La saison 2012 va être calme, l'objectif est de prendre l'auto en main et se faire plaisir , toujours et encore la même devise. Je serai navigué par Quentin Trochu et peut-être Jill.


Quels sont les personnes sur lesquels vous avez pu compter pour cette aventure, car monter une F2000 de A à Z reste un véritable défi humain ?


Le montage de cette 106 n'aurait pu se faire sans les copains, en particulier Quentin (Trochu) qui est venu bosser plusieurs nuits avec moi pour que nous puissions être au départ à Lohéac. De même, cela aurait inenvisageable sans le soutient mes partenaires qui sont: Signarama Nantes, Boiseau Competition, Auriol Racing Services, Super U Dalby, Garage AD des Chalatres. Je souhaite également remercier particulièrement Philippe Frontini (FP Racing), qui a pu nous faire notre boite juste à temps pour Loheac.



Rallye du pays de Lohéac

 

Vous étiez donc au départ de cette épreuve nationale afin de retrouver les joies du pilotage après un an de "diète". Il n'est jamais facile de se remettre dans le bain après des mois de disette, racontez-nous votre course onboard..


Un samedi soir de roulage, sans aucune prise de risque avec nos soucis de freins en tête et en ayant dans l'esprit que nous n'avions jamais roulé avec l'auto. A la fois impatient et surtout stressé, la nuit fut plutôt courte. La première spéciale dominicale arrive, première découverte de l'auto en condition réelle. Le freinage semble sain, elle a l'air de tenir par terre donc c'est plutôt positif. Redoutée, la deuxième spéciale nous avait en effet couté une caisse l'an passé après 500m. Le départ est lancé et arrive la note: "D3 à Steven".. L'équipe comprendra (rires). Bref, c'est une spéciale trop rapide pour nous, une spéciale dans laquelle je ne suis pas confiant, donc encore une fois en ballade. Les troisième et quatrième chronos se déroulent dans la même optique, et au moment de la pause on regarde les temps pour information, du moins je pensais... Nous étions en effet avant dernier du rallye, je pensais être en ballade mais quand même. Vexé, nous partons pour les 4 dernières spéciales et ça ne pouvait rester comme ça. Mon naviguo ayant su trouver les mots afin que je me crache un peu dans les mains, nous commençons a freiner plus tard à chaque échappatoire et le potentiel de freinage est plus que bluffant. Nous avons finalement descendu nos temps de 8s, puis de 11s. Du coup nous étions dans les temps de classe, ce qui est plus qu'encourageant pour la suite. En conclusion, c'est un rallye qui nous a permis de se remettre en jambe après un an d'arrêt tout en découvrant le potentiel de cette petite auto, le plaisir retrouvé du  pilotage notamment en fin d'épreuve et surtout content de se retrouver avec les copains, donc que du positif. Maintenant nous avons hâte d'être au Sèvre et Maine, notre prochain rendez-vous.

 

Remerciements à Camille Playoust  !

Interview réalisée le 12 avril 2012

 

 

Aficionado
 

Espace RM

.... . ...

Vidéo

Best of 2012


Publicité

Suivez RallyeMax.fr sur Facebook

En ligne

Nous avons 61 invités en ligne