Romain Guenec - « La gestion dans l'improvisation » [1/2]
Mardi, 21 Août 2012 23:50

Après une saison catastrophique, Romain Guenec se révèle parmi les surprises de l'année 2012. Á travers un reportage en deux parties, RallyeMax vous propose de découvrir la nouvelle référence du F2-13.

 

"La vitesse du patron était celle de l'équipe"


L'ancien président du groupe Ford Motors, Lee Lacocca, avait pour habitude de dicter à ses salariés que "la vitesse du patron était celle de l'équipe". De ces paroles, le commun sportif des mortels aura généralement tendance à racoler les sports collectifs au leitmotiv "lacoccien". Football, basket-ball, ou encore rugby, exposent en effet les composantes les plus évidentes de la collectivité en inter-connectant les efforts individuels alors que les sports individuels, qui en ont pourtant que le nom, floutent la dimension collective de leur soubassement. [...] Côté rallye, le constat est sans aucun doute des plus affublant. Si le plus capé des pilotes est connu de tous les Français, difficile d'en affirmer autant de son bras droit Daniel Elena. Du professionnalisme à l'amateurisme, le financial gap n'empêche pas la subsistance du voile collectif et du perchoir trop souvent réservé à la réussite individuelle. Á deux doigts de tout claquer fin 2011, le rookie Romain Guenec approuve et incarne pleinement l'analyse à l'ascendance surement démagogique de Lee Lacocca.

 

 

Une affaire d'équipe


En effet avec quatre abandons pour sept départs, la saison 2011 ne pouvait laisser un souvenir impérissable au duo Guenec-Guindet, uni en rallye comme dans la vie. « On pensait vraiment arrêter, car financièrement on ne savait pas trop où on allait, mais on a la chance d'avoir une petite équipe qui nous a vraiment boosté », explique Romain. Cette petite équipe dont Romain fait instinctivement la promotion est composée de purs passionnés qui se retrouvait à l'origine à travers des runs avant de se lancer en compétition. Franchement impliqué dans la carrière sportive de Romain Guenec, la Ouf Team de son nom administratif ne pouvait rester inactive face à cette indétermination passagère et réussissait à convaincre Romain de démonter la 106 afin de la vendre en pièces détachées. La Ouf Team avait vu juste puisque la vente en fragmenté permettait à Romain de réunir un budget suffisant pour voir la suite avec sérénité. Mais sérénité ne veut pas dire finalité et après l'opération vente, Romain désirait dénicher une remplaçante plutôt récente avec peu de kilomètres au compteur, afin d'éviter de retomber dans le schéma de la 106 avec des casses d'usure récurrentes. Après avoir jeté un coup d'œil du côté des C2-R2 et des Clio RS, l'équipe décidait finalement de jeter son dévolu sur une rare C2 F2-13.  Dotée d'une boite de vitesse séquentielle 5 rapports et proposant une puissance moteur avoisinant les 185 chevaux, le double chevron monté en 2011 par le normand Guillaume Lefebvre combinait les attentes budgétaires à la nécessité d'évolution en terme de performance pure. « Même si l'ensemble moteur-boîte est très proche de la Max, ce n'est pas une Max puisque les trains sont différents conformément au règlement F2000, règlement qui nous permet d'avoir une auto plus légère que la version R2 » (RG). En terme de fiabilité, le carnet d'entretien Citroën Sport de la C2-R2 Max est suivi à la lettre, procédure réduisant ainsi le risque de mauvaises surprises.

 

 

L'éclosion de la Guenec's mania


L'ouverture de la saison du comité BPDL sur les terres bretonnes du rallye de Lohéac sonnait l'heure de la découverte pour le jeune équipage. Après un départ angoissant sur le piègeux circuit de rallycross, le potentiel de la bombinette se fait vite pressentir au fur et à mesure des spéciales dominicales. « Ce qui a été tout de suite frappant sur la C2, c'est son freinage exceptionnel et son châssis qui encaisse énormément. Après il fallait se méfier de l'empattement court de l'auto et des réactions du train arrière, mais je pense que ça colle justement bien avec mon style de pilotage » (RG). Tout en restant sur la défensive afin d'emmagasiner un maximum d'expérience et d'informations sur l'auto, le duo a constamment progressé au fil de la journée avant de venir accrocher un dixième temps scratch dans la dernière spéciale, synonyme de temps de classe et porteur d'espoir pour le rallye des Côteaux du Layon. Deux ans après ses débuts dans le pays du Layon avec la 106 S16, Romain se retrouvait donc en terrain connu afin de poursuivre une montée en gamme engagée à Lohéac. L'objectif d'avant-course de l'équipe se résumait à un étalonnage avec la référence normande Patrice Léon, vainqueur de classe à la finale d'Épernay en 2004, en profitant de la quintessence que représente la connaissance du parcours. Mais Romain Guenec ne se contentait pas de devancer son adversaire du weekend, puisqu'en réalisant le deuxième temps scratch dans la spéciale nocturne et en quittant les bords du Layon avec une cinquième place scratch, il réalisait une performance de tout premier ordre. La Guenec's mania prenait ainsi son envol vers le cercle des mastodontes du F2-13.

 

 

 

Espace RM

.... . ...

Vidéo

Best of 2012


Publicité

Suivez RallyeMax.fr sur Facebook

En ligne

Nous avons 39 invités en ligne